Sommaire

Les piqûres d'ortie : guide pratique

Sommaire

Ah les piqûres d’ortie ! Elles sont souvent de malheureux souvenirs d’enfance. Qui n’est jamais tombé en bord de route et s’est relevé les bras ou les jambes couvertes de cloques qui démangent ? Inoffensives, le prurit qu’elles provoquent n’en reste pas moins fort désagréable. 

L’ortie, c’est quoi ? Pourquoi pique-t-elle et provoque-t-elle des démangeaisons ?

C’est quoi une ortie ?

C’est une plante sauvage urticante de la famille des Urticacées. Très répandue dans notre pays, elle est généralement de 2 sortes :

Il existe également des plantes qui portent le nom d’ortie, mais qui n’en sont pas vraiment puisqu’elles font partie de la famille des Lamiacées et non des Urticacées. Toutefois, elles ressemblent énormément aux orties communes. Citons par exemple l’ortie blanche, l’ortie jaune, l’ortie rouge, l’ortie puante ou encore l’ortie royale.

Cependant, l’ortie est également une plante médicinale reconnue depuis l’Antiquité, qui regorge de vertus. Elle est par exemple un excellent diurétique et anti-infectieux. Associée à l’argile, elle peut être utilisée en cataplasme pour soulager les douleurs rhumatismales. En lotion, elle est un bon anti acnéique et en bain de bouche, elle lutte contre les gingivites, les aphtes et les angines.

Elle n’est donc pas une plante parasite comme certains le pensent.

Pourquoi pique-t-elle ?

L’ortie provoque des démangeaisons plus ou moins importantes. D’ailleurs le mot « urticaire » est issu du mot latin urtica qui signifie ortie.

C’est la physionomie de la feuille d’ortie qui explique ces démangeaisons et pourquoi elle pique. En effet, chaque feuille est pourvue de dizaines de petits poils fins¹ qui se brisent lorsqu’ils entrent en contact avec un corps étranger. En se cassant, ils libèrent un cocktail de substances acides :

Chaque petit poil pénètre dans la peau afin de faire pénétrer au mieux cette sorte de venin. Initialement, ces petites aiguilles qui cassent comme du verre visent à se défendre contre les animaux herbivores qui voudraient l’utiliser comme repas. Si les substances qu’ils délivrent sont extrêmement décourageantes contre ses prédateurs, elles n’ont pas beaucoup d’effets sur les autres animaux comme les vaches ou les chevaux. Elles provoquent cependant les manifestations que nous connaissons sur les humains, dont la peau est beaucoup plus fine.

Quels sont les symptômes d’une piqûre d’ortie ?

Il existe différents signes dus à une piqûre d’ortie :

Piqûre d’ortie, danger : quels sont les risques et quand consulter ?

À dose modérée, les piqûres d’ortie poussant sous nos latitudes ne représentent pas de danger. Il peut cependant exister un risque d’allergie, mais il est exceptionnel. Dans ce cas, le risque principal qui en découle est le choc anaphylactique. Moins exceptionnellement, les piqûres peuvent entraîner des crises d’urticaire, pouvant être assez spectaculaires : gonflement important, éruption cutanée, cloques multiples, très fortes démangeaisons. Ces signes sont susceptibles de durer quelques jours.

Dans ces cas (allergie, crise d’urticaire), il convient de consulter un médecin qui proposera un traitement adapté. En cas de choc anaphylactique, potentiellement mortel, la consultation doit se réaliser en urgence, voire se déplacer dans un service hospitalier des urgences.

Comment soulager et soigner une piqûre d’ortie ?

Dans un premier temps, il est nécessaire de nettoyer la zone touchée avec de l’eau fraîche savonneuse. Il existe ensuite quelques astuces pour soulager les démangeaisons, les sensations de brûlure et soigner la piqûre.

Les remèdes de grand-mère

Il est possible d’utiliser tout d’abord du scotch afin de retirer les éventuels résidus de poils restés plantés dans la peau. Ensuite, une désinfection de la peau est utile : il est possible d’appliquer du vinaigre de vin, du vinaigre blanc ou du bicarbonate de soude en cataplasme. Nos grands-mères avaient également l’habitude de frotter un oignon coupé en 2 sur les plaies. Cette astuce permet d’apaiser les démangeaisons et les brûlures. De même la fameuse poche remplie de glaçons : le froid endoloris la plaie, la douleur, les sensations de brûlure et les démangeaisons. 

Faire appel aux plantes

À proximité des plantes d’orties se trouve souvent une autre plante fort utile, le plantain. Les propriétés anti inflammatoires et antiallergiques de sa sève apaisent les piqûres. Il suffit pour cela de frotter ses feuilles sur la zone concernée durant au moins 5 minutes.

L’aloe vera, redoutable contre bien des maux, est là aussi un allié sûr. Le gel qu’il contient est un puissant anti inflammatoire, mais il contient également des vitamines, des acides aminés et des minéraux qui aident à la cicatrisation. Ses pouvoirs hydratants et réparateurs sont très appréciés dans le cas de piqûres d’ortie.

Les bienfaits de l’homéopathie et des huiles essentielles

Les huiles essentielles de lavande ou de camomille sont de précieux alliés en cas de contact avec ces plantes urticantes. La lavande est appréciée pour ses vertus bactéricides, cicatrisantes et antiseptiques. La camomille quant à elle est réputée pour ses bienfaits anti-inflammatoires et apaisants. Ces huiles sont déconseillées durant la grossesse.

Remèdes disponibles en pharmacie

Il est possible de se procurer en pharmacie des crèmes et lotions qui accélèrent le processus de guérison : crèmes apaisantes (type Apaisyl), pommades antihistaminiques par exemple. Le pharmacien délivre les conseils qui conviennent.

Comment éviter les piqûres d’ortie ?

L’ortie pouvant être un bon remède contre bien des maux, il est possible d’en cueillir pour les utiliser, et même pour les manger. Pour ne pas se piquer, il suffit de porter des gants. Les poils des feuilles étant minuscules, ils ne traverseront pas le tissu. Il est aussi possible de prendre la plante « à rebrousse-poil », c’est-à-dire par le dessous de la feuille, dans le sens inverse du poil. Pour les promenades en nature, il convient de repérer à quoi ressemblent les orties et ne pas s’en approcher

Piqûres d’ortie : des bienfaits pour la santé ?

Les orties ont de nombreuses propriétés : elles contribuent notamment à une bonne circulation sanguine. D’ailleurs, pour l’anecdote, les légionnaires pratiquaient l’autoflagellation avec ces plantes. Ils fouettaient les branches et les feuilles sur leurs jambes afin de soulager les douleurs et la fatigue en activant la circulation du sang. 

Les orties offrent également de nombreuses vertus thérapeutiques².

FAQ

Avec quelles plantes frotter une piqûre d’ortie ?

Comme vues un peu plus tôt, les plantes telles que l’aloe vera, le plantain ou l’oignon par exemple, sont d’excellentes associées dans la lutte contre les symptômes.

Peut-on mettre du cicatryl sur une rougeur de piqûre d’ortie ?

Le cicatryl étant conseillé pour les plaies et brûlures superficielles, il n’est pas le traitement le plus indiqué dans le cas de piqûres d’ortie.

Combien de temps dure une piqûre d’ortie ?

Les signes apparaissent aussitôt après le contact avec la plante et disparaissent généralement en moins de 24 heures.

Références / Sources

1. Botanique, Frédéric Labaune. 2012.
https://phototheque.enseigne.ac-lyon.fr/photossql/photos.php?RollID=images&FrameID=aiguille-ortie

2. Mise en valeur du potentiel nutritionnel et thérapeutique de l’ortie dioïque (Urtica dioïca L.), Amal Ait Haj Said, Ibrahim Sbai El Otmani, Sanae Derfoufi, Adnane Benmoussa. 2020.
https://www.cairn.info/revue-hegel-2016-3-page-280.htm